français Vincent van Gogh dans le Borinage, 15 mars 2015 - Mistral et Noroît, promenades et conférences culturelles Mistral and Noroît, cultural tours and lectures
Mistral et Noroît, promenades et conférences culturelles

Mistral and Noroît, cultural tours and lectures


Accueil du site > Promenades culturelles au nord et au sud > Souvenirs de promenades d’hier > Vincent van Gogh dans le Borinage, 15 mars 2015

Vincent van Gogh dans le Borinage, 15 mars 2015


La visite était guidée par Catherine Dhérent, agrémentée de lectures de textes dont celles de lettres de Van Gogh par Frédéric Folcher. Le groupe était au complet : 35 personnes passionnées par le grand peintre dont certaines avaient déjà suivi notre promenade en 2012.

Circuit

Le matin, nous avons évoqué les premiers mois passés par Vincent dans le Borinage, de son arrivée à la gare de Pâturages en novembre 1878 à son départ en juillet 1879.

A Wasmes nous fîmes un premier arrêt devant le buste de van Gogh sculpté par Ossip Zadkine en 1958, dont l’original est conservé dans la maison communale.

Nous avons ensuite évoqué le protestantisme dans le Borinage et la mission qu’accomplit ici, comme évangéliste à l’essai, van Gogh, devant ce qui fut l’timpe (le temple) bien modeste, installé dans un ancien salon de danse, le salon du Bébé.

Puis devant la maison du boulanger Denis, ce fut l’évocation de la vie de van Gogh à Wasmes, où il voulut être mineur parmi les mineurs. La maison a été rachetée par l’entité communale et est en restauration. On peut regretter qu’elle ait ainsi perdu son cachet avec notamment les huisseries en PVC. Pourquoi ne pas avoir remis des fenêtres et volets de bois ? On aurait pu faire moins de travaux et laisser à la maison son âme d’autrefois. On en vient à regretter la ruine qui a précédé.

Les terrils de Wasmes (Photo Martine Aubry)

Vincent était très fier d’être descendu au fond de la mine de Marcasse où nous fûmes accueillis avec enthousiasme par Nadine Gravis. Les ruines impressionnantes étaient le cadre idéal pour écouter la lettre émouvante dans laquelle van Gogh raconte si précisément sa descente et sa découverte du dur labeur et, du fond, le ciel qui n’est plus qu’une petite étoile.

Chevalement de Marcasse (Photo Albert-Jean Mortreux)

C’est aussi devant le paysage environnant Marcasse qu’on put écouter van Gogh parler d’une terrible nuit d’orage où il voulait voir les "grandes merveilles de Dieu".

Dans Marcasse (Photo Philippe Bisbrouck)

Pour le déjeuner nous avions choisi la bonne table de l’Ubiquité qui est à l’intérieur du site du Grand-Hornu, ce qui permit d’avoir une idée, même trop rapide, de ce magnifique ensemble d’architecture industrielle.

L’après-midi permit de découvrir les lieux où Vincent passa sa seconde année dans le Borinage (août 1879-octobre 1880), après son entrevue à Malines avec le pasteur Pietersen, lorsque l’école d’évangélisation ne voulut pas poursuivre l’expérience d’un van Gogh évangélisateur et catéchiste à domicile. Chacun eut du mal à quitter le site bucolique de la maison de Cuesmes où se trouve un grand dessin des Bêcheurs d’après Millet réalisé ici. L’original était alors présenté dans l’exposition Van Gogh au Borinage au musée des Beaux-Arts que nous avons ensuite gagnée.

L’exposition présentée dans le cadre de Mons 2015 était de très grande qualité et montrait parfaitement l’éclosion de l’artiste avec cette étape cruciale du Borinage. Il resta influencé profondément pendant les 10 années qui lui restaient à vivre par les thèmes qu’il y trouva ici (dur labeur, haridelle, pauvres masures...).

La maison de Cuesmes (Photo Philippe Bisbrouck)

Témoignages après la promenade

- "Une fois de plus ce fut une révélation pour nous deux sur cet artiste mondialement connu, mais dont nous ignorions absolument le parcours de vie en dehors du fait qu’il était né aux Pays-Bas et qu’il avait vécu dans le Borinage, financièrement toujours soutenu par son frère Théo. Tout le monde s’intéresse nettement plus à la période à laquelle il "commence" à être connu, lorsqu’il se rapproche d’Eugène Boch et Anna Boch, lorsqu’il se rapproche de l’art japonais et ensuite l’on connait de lui les dessins avant tout et sa période à la palette riche en couleurs mais torturée en courbes et contrecourbes.

Pour moi personnellement Borinage signifie région noire, misère intense, mine, travail acharné, mort précoce d’épuisement.

Wasmes, Marcasse, Cuesmes étaient des noms de lieux entièrement inconnus ... ma révélation de l’artiste Van Gogh était lorsque j’ai pu voir ses oeuvres, mais surtout ses dessins au Musée Kroller Müller qui à l’époque venait de s’ouvrir. Comme vous avez dit Catherine, le temps gris, la pluie étaient bien à propos pour mieux comprendre Vincent Van Gogh et sa vie de pauvreté avec ceux de la mine qu’il voulait évangéliser. Grand peintre certes mais un peu trop original ce qui explique qu’il a été souvent rejeté de la société. Merci pour la journée et pour avoir obtenu l’ouverture du site de Marcasse.

P.S. : le Grand Hornu également vaut largement le détour et le repas fût bon et convivial." (Myriam M., Arras)

- "Vous m’avez fait découvrir un Van Gogh que je croyais connaître alors que je ne connaissais rien de cette période de sa vie, pas plus l’homme que sa peinture. Si vous nous aviez dit avant de partir "vous nous direz, ce soir de qui vous avez suivi les pas" sans jamais citer son nom, au travers de l’homme comme à celle de sa peinture de cette époque, je n’aurais jamais trouvé.. C’est toujours une belle découverte de vous suivre, grâce à vos explications et lectures choisies et je vous remercie de cette nouvelle journée qui m’a apporté beaucoup, grâce à vous.

En vous redisant combien j’aime vos promenades commentées et illustrées de lectures choisies." (Chantal G., Dainville)

Répondre à cet article


Mistral et noroît, Domaine des 3 Chênes, 1 allée des Huileries, 62000 Arras - SIRET : 75109826000019 - APE : 9329Z

Art. 293B du Code général des impôts, TVA non applicable

Suivre la vie du site RSS 2.0 | Plan du site | Envoyer un message | Espace privé | SPIP | squelette