français En baie de Somme avec Colette, Victor Hugo, Jules Verne, Anatole France, Robert Mallet et quelques autres... - Mistral et Noroît, promenades et conférences culturelles Mistral and Noroît, cultural tours and lectures
Mistral et Noroît, promenades et conférences culturelles

Mistral and Noroît, cultural tours and lectures


Accueil du site > Promenades culturelles au nord et au sud > Promenades au nord > En baie de Somme avec Colette, Victor Hugo, Jules Verne, Anatole France, (...)

En baie de Somme avec Colette, Victor Hugo, Jules Verne, Anatole France, Robert Mallet et quelques autres...

Cette promenade d’une journée permet de découvrir la baie telle que l’ont vue les artistes et écrivains qui dès les années 1830, l’ont choisie comme lieu de villégiature, voire de résidence. Les randonneurs peuvent la prolonger avec la traversée avec un guide de la baie ou au cours de quelques heures d’observation des oiseaux migrateurs dans la réserve naturelle du parc du Marquenterre. Mais pour l’heure, suivons les pas de nos écrivains.

Les photos de cette page sont de Martine Aubry (Villeneuve- d’Ascq).

Matin

Le Crotoy, petit port protégé au Moyen-Age par un château fort dont il ne reste qu’un pan de mur qui vécut de la pêche jusqu’au XXe siècle. Aujourd’hui, la trentaine de bateaux de pêche du Crotoy accostent au Tréport car la baie s’est inexorablement envasée malgré les travaux commandés au XIXe siècle par Napoléon III à Ferdinand de Lesseps. Sans les écluses géantes et le bassin de chasse qu’on voit très bien du port, le Crotoy ne serait sans doute plus aujourd’hui battu par les flots marins au moment de la marée haute.

On s’arrêtera à l’entrée de la ville pour découvrir la villa La Solitude où Jules Verne a passé plusieurs étés, de 1865 à 1875, rédigeant du premier étage face à la baie 20 000 lieues sous les mers et L’Ile mystérieuse. Il avait dans le port une chaloupe de pêche aménagée, le Saint-Michel. Elle lui servit lors de son engagement comme garde-côte en 1870.

Photo Martine Aubry

L’église, robuste, est décorée de nombreuses statues de saints invoqués par les marins et leurs familles, et de maquettes de bateaux ex-voto offerts après avoir échappé à un péril. Elle contient une œuvre d’art remarquable, un retable du XVe siècle provenant d’une abbaye démantelée pendant la Révolution, et qui représente des scènes de la vie de saint Honoré, évêque d’Amiens au VIe siècle.

Surplombant la plage, l’actuel hôtel des Tourelles, est un témoignage imposant de ce que furent les villas de cette station balnéaire à la fin du XIXe siècle. Cette villa Le Souvenir construite par M. Lecocq de 1897 à 1900, jouxtait le Grand hôtel dont le créateur avait été le parfumeur de l’impératrice Eugénie, Pierre Guerlain, originaire d’Abbeville.

Sur la plage, les cabines sont ici identifiées grâce à des tableautins représentant les oiseaux de la baie que Colette s’amusait à mettre en scène : chevalier combattant, religieuse, arlequin lui inspiraient de petites histoires cocasses.

Un peu plus loin sur le quai, se trouve la villa dont la façade et la toiture sont totalement transformées, que louait Mathilde de Morny, dite Missy, et où se réunissait une joyeuse bande d’amis. Colette a laissé des textes délicieux sur son farniente sur la terrasse qui donnait alors directement sur le sable et sur des scènes de plage. Ceux-ci ont été réunis en 1908 dans le recueil Les Vrilles de la vigne.

Cayeux. La chapelle des marins de 1859 est proche de la grève de galets sur laquelle échouaient les bateaux déchargeant leur cargaison de pêche. Elle est surtout intéressante par le portail sculpté dans la tradition des tailleurs d’images du Moyen-Age, par l’abbé Boursin, desservant du lieu. Il représente l’apparition de la Vierge sur une barque aux habitants de Boulogne-sur-Mer.

Déjeuner. Nous conseillons une halte agréable au restaurant du Cap Hornu dont la terrasse domine la baie.

Après-midi On la consacrera à la visite de Saint-Valery.

Photo Martine Aubry

Chapelle Saint-Valery. On peut facilement l’atteindre à pied du restaurant si on a le temps. C’est une reconstruction néo-romane de 1880 dans la pure tradition architecturale du lieu avec damiers de silex et de pierre blanche. On peut y relire Oceano nox, poignant poème que Victor Hugo a daté de "Saint-Valery 1836", alors qu’il n’était pas à cette date à cet endroit. "Oh combien de marins, combien de capitaines, qui sont partis joyeux pour des courses lointaines...".

Sur le quai Blavet, Anatole France a passé les mois d’août et de septembre 1886, rédigeant des chapitres de Voyages de Pierre Nozières en France, qui décrivent les moeurs locales.

Photo Martine Aubry

On grimpe dans le quartier des pêcheurs pour atteindre le calvaire des marins d’où les femmes guettaient le retour des bateaux.

On redescend pour flâner dans la vieille ville entourée de remparts du XIVe siècle sur laquelle veille la vénérable église. Un grand ex-voto, trois-mâts du XVIIe siècle, est suspendu à une clef de voûte gothique sculptée d’une scène de pêche dans la chapelle des marins.

Liens utiles

* Pour dormir, réservez une des chambres (la blanche a une grande fenêtre donnant sur le jardin et la baie) à Boisfontaine, au pied du rempart de la vieille ville. Ce sont de charmantes chambres d’hôtes et un gîte tenus par des Anglais.


Mistral et noroît, Domaine des 3 Chênes, 1 allée des Huileries, 62000 Arras - SIRET : 75109826000019 - APE : 9329Z

Art. 293B du Code général des impôts, TVA non applicable

Suivre la vie du site RSS 2.0 | Plan du site | Envoyer un message | Espace privé | SPIP | squelette