français Randonnée pédestre autour de Vimy sur les traces des Canadiens dans la Grande Guerre - Mistral et Noroît, promenades et conférences culturelles Mistral and Noroît, cultural tours and lectures
Mistral et Noroît, promenades et conférences culturelles

Mistral and Noroît, cultural tours and lectures


Accueil du site > Promenades culturelles au nord et au sud > Promenades au nord > Randonnée pédestre autour de Vimy sur les traces des Canadiens dans la Grande (...)

Randonnée pédestre autour de Vimy sur les traces des Canadiens dans la Grande Guerre

Cette promenade d’une demie ou d’une journée permet de découvrir un beau paysage verdoyant et forestier avec un point de vue vers le nord jusqu’aux confins de Lille en faisant revivre les offensives française de 1915 et surtout celle, décisive, des Canadiens le 9 avril 1917. On peut la faire en 3 heures ou en 5 heures, en complétant éventuellement d’une demi-heure pour la visite des tranchées souterraines (à réserver à l’avance). On est ici dans une enclave canadienne, territoire de 110 ha offert au Canada par la France après la Première Guerre mondiale. Vous pourrez ainsi vous vanter d’être allé au Canada dans la journée !

Voici le trajet des deux promenades à partir de Givenchy-en-Gohelle :


Afficher Randonnée pédestre sur les traces de la Grande Guerre à Vimy sur une carte plus grande

Dans les deux cas, on commence à Givenchy, village entièrement détruit et reconstruit après la guerre. L’église néo-gothique avait été reconstruite vers 1875 à cet emplacement. 40 ans plus tard, elle disparaissait. La nouvelle fut consacrée en 1937. La qualité de la reconstruction est telle qu’on pourrait la croire beaucoup plus ancienne.

Le chemin grimpe sur la crête de Vimy qui culmine à 145 m. Les Allemands s’en étaient emparé dès octobre 1914 et l’armée française ne réussit jamais à les en déloger. On comprend la difficulté de l’opération car la colline est très escarpée. En pénétrant dans le territoire canadien, on passe des terres labourées à celles qui ont été laissées en l’état après le conflit. On distingue les lignes de tranchées et boyaux, quelques trous d’obus. Le monument apparaît progressivement.

On passe au pied (au retour, on le découvrira de près) pour pénétrer ensuite dans la forêt domaniale. De chaque côté de l’allée forestière puis sur le sentier de la Vignette, on peut aussi voir encore très évidentes les cicatrices de la guerre ainsi que quelques ruines d’abris.

Si on a du temps, on ira jusqu’à petit Vimy en découvrant à gauche après la rocade le petit cimetière du Bois de la Folie. C’est à cet endroit que l’ami de Roland Dorgelès, du même régiment que lui, le 39e RI, a perdu la vue lors de l’attaque de Neuville-Saint-Vaast en juin 1915. On prolonge par le village de Vimy puis on voisine celui de Farbus et on traverse celui de Thélus, entièrement reconstruit.

On voit, non loin, le clocher blanc de l’église de Neuville-Saint-Vaast, dernier point fort repris lors de l’attaque décidée par le général Mangin après huit jours de combat corps à corps le 8 juin 1915. Roland Dorgelès témoigne de cette attaque notamment dans le chapitre "Victoire" des Croix de bois.

On traverse de nouveau la forêt de Vimy, longeant la route des Canadiens pour se rendre dans la zone des tranchées qu’on peut visiter. On remarque à quel point les deux premières lignes (alliées et allemandes) sont proches l’une de l’autre. On est impressionné par la taille des cratères qu’ont provoqué les mines souterraines que les Canadiens ont fait exploser le 9 avril 1917 pour reprendre la colline.

On peut demander une visite guidée au centre d’interprétation sur le site, visite en surface ou visite des tranchées souterraines. Celles-ci sont organisées par de jeunes étudiants canadiens qui viennent séjourner quelques mois en France pour entretenir le souvenir de cette bataille fondatrice de leur nation.

De là, on retrouve dix minutes plus tard, le majestueux monument de pierre blanche provenant d’une carrière abandonnée de Croatie. Il est l’oeuvre du sculpteur de Toronto, Walter Allward. Les sculptures représentent des vertus laïques, l’esprit de sacrifice et le Canada, figure féminine drapée qui pleure ses enfants tombés à ses pieds.

La vue vers le nord, jusqu’à Lille et la frontière belge, est magnifique.

On se recueillera quelques instants devant le monument qui célèbre l’action de la valeureuse division marocaine qui, le 9 mai 1915, avait réussi à traverser les lignes allemandes mais ne fut pas assez rapidement renforcée pour permettre aux Français de reconquérir la colline.

On redescend ensuite vers Givenchy par le sentier qui part d’un angle du parking.


Mistral et noroît, Domaine des 3 Chênes, 1 allée des Huileries, 62000 Arras - SIRET : 75109826000019 - APE : 9329Z

Art. 293B du Code général des impôts, TVA non applicable

Suivre la vie du site RSS 2.0 | Plan du site | Envoyer un message | Espace privé | SPIP | squelette