français Les Rothschild à Paris au XIXe siècle, samedi 26 janvier 2013 - Mistral et Noroît, promenades et conférences culturelles Mistral and Noroît, cultural tours and lectures
Mistral et Noroît, promenades et conférences culturelles

Mistral and Noroît, cultural tours and lectures


Accueil du site > Promenades culturelles au nord et au sud > Souvenirs de promenades d’hier > Les Rothschild à Paris au XIXe siècle, samedi 26 janvier 2013

Les Rothschild à Paris au XIXe siècle, samedi 26 janvier 2013


Cette promenade était guidée par Catherine Dhérent accompagnée de Claude Collard, et ponctuée de lectures de textes de Stendhal, Balzac, Zola et des frères Goncourt par Frédéric Folcher.

Circuit

Matin

* Lors d’une première station à la Bourse, nous avons expliqué la création de la Bourse de Paris, l’intérêt porté au XIXe siècle à ce "thermomètre de la confiance publique" par Napoléon Ier qui a lancé la construction du palais Brongniart et avons lu des extraits de la Maison Nucingen d’Honoré de Balzac, de L’Argent d’Emile Zola, inspiré par les Mémoires d’un coulissier.

Voici La Maison Nucingen dans son édition de 1838 :

Nous avons ensuite eu le grand plaisir d’être guidés dans l’exposition Les Rothschild en France au XIXe siècle présentée à la Bibliothèque nationale de France, par la commissaire de l’exposition, Claude Collard, directrice du département Philosophie, histoire, sciences de l’homme, à la Bibliothèque nationale, qui nous a accompagnés toute la journée, répondant à toute la soif de connaissance des participants.

Et voici L’Argent d’Emile Zola (édition originale de 1891)

* Sur le Boulevard des Italiens, nous avons découvert l’hôtel de Léris où se trouvait le sélect club de l’Union, et le somptueux siège du Crédit Lyonnais, évoqué les cafés et restaurants, le Riche, le café anglais, le café Hardy, le glacier Tortoni.

* Au coin de la rue Le Peletier où vécut en 1812 James de Rothschild, ce fut l’évocation de l’Opéra disparu dans un incendie en 1873 et dans la rue Laffitte des textes nous ont fait revivre l’ambiance de la banque et de l’hôtel où s’installèrent les Rothschild en 1818.

* Tout le groupe se retrouva pour déjeuner agréablement, au Sofa-Café, 4 rue Lafayette. Certains continaient à discuter économie et spéculation !

Après-midi

Le groupe dans le cloître du lycée Condorcet

* Nous eûmes la chance de pénétrer dans le Lycée Condorcet, grâce à Mme le proviseur, lycée où furent formés les Rothschild mais aussi de célèbres noms de la vie littéraire, artistique, des sciences, de l’économie, de la philosophie, ainsi que des ministres et présidents de la République. Une lecture de La Curée d’Emile Zola se fit dans le cloître de ce qui fut sous l’Ancien régime le monastère des Capucins de la Chaussée d’Antin, conçu lui aussi par Brongniart.

* Après avoir expliqué la construction de 1867 à 1875 de la grande synagogue de la Victoire, ce fut la découverte du square d’Orléans où vécurent George Sand et Frédéric Chopin, en écoutant la balade en fa mineur écrite pour Charlotte de Rothschild, tandis que George nous disait tous les charmes de ce phalanstère.

* A l’église de la Trinité, achevée en 1867, ce furent quelques notes du Requiem de Berlioz, pour évoquer en cet endroit ses funérailles en mars 1869, et plus méconnu le Chant des chemins de fer qu’il composa à la demande de James de Rothschild pour l’inauguration de la ligne du Nord et qu’il dirigea à Lille en 1846. Nous reprenions en choeur le refrain entraînant :

" C’est le grand jour, le jour de fête, Jour du triomphe et des lauriers..."

* Après avoir admiré les hôtels particuliers de la rue de la Tour-des-Dames, coeur de la Nouvelle-Athènes, et être passés par la rue Notre-Dame de Lorette où ont vécu tant de peintres (Eugène Delacroix, Camille Pissarro, Paul Gauguin), nous avons bénéficié d’une visite privée de l’hôtel Dosne-Thiers, place Saint-Georges, hôtel qu’Adolphe Thiers avait fait reconstruire en 1873 par l’architecte Alfred Aldrophe, recommandé par les Rothschild. Nous n’avons pu résister au plaisir de raconter aussi en cette fin de journée la vie amoureuse mouvementée de cet homme politique si important du XIXe siècle. N’avait-il pas fait d’abord la conquête de la femme du maître des lieux, Alexis Dosne, pour ensuite en épouser la fille et devenir l’amant de la soeur de celle-ci. Les pamphlétaires de l’époque pouvaient ainsi ironiser sur "les trois moitiés de monsieur Thiers" !

Les Mémoires d’un coulissier, édition de 1882

Voici le plan du circuit :


Afficher Les Rothschild à Paris au XIXe siècle sur une carte plus grande

Quelques commentaires après la promenade

* "Merci... pour ce bon moment parmi toutes ces personnes si sympathiques, attentives et attentionnées ! Tes visites sont une vraie réussite non seulement par tout ce que l’on découvre (j’ai appris un tas de choses !) et par leur ambiance chaleureuse ! Les lectures de Frédéric s’inscrivent à merveille et la valse et la cantate (quelle émotion !) se calaient parfaitement dans tout cela ! Cela me donne vraiment envie de me joindre à vous !" (Claude Collard, commissaire de l’exposition)

* "Merci encore pour cette journée enrichissante." (Claudine C., Arras)

* "Un grand merci pour la journée à Paris." (Jean-Luc C., Lille)

* "Merci beaucoup pour cette merveilleuse balade dans le Paris des banquiers. C’était extrêmement intéressant et très sympathique. Bien que presque parisiens depuis plus de 30 ans, c’est un quartier que nous ne connaissions que peu." (Françoise et Jean-Marc C., Vaux-le-Pénil)

* "Nous vous remercions tous deux pour cette journée exceptionnelle et enrichissante que nous n’aurions pu faire sans vous. Quel privilège aussi d’avoir été piloté par Mme Claude COLLARD pour l’exposition sur les ROTHSCHILD ! Encore mille fois merci, et à une prochaine fois avec un peu plus de soleil." (Claude et Françoise B., Rouen)

* "Juste un petit mot à tous les deux pour vous remercier de cette magnifique journée. Nous n’avons pas l’idée exacte du travail énorme de préparation qu’elle a nécessité mais cette journée s’est écoulée avec toute la fluidité et l’intérêt possibles." (Isabelle et Laurent G., Arras)

* "Un grand merci pour cette promenade. Je me suis vraiment régalée ; comme certaines conférences,ce genre d’expédition apporte le plaisir, éphémère mais réconfortant, de trouver toute cuite la connaissance qui manque pour apprécier les choses, de la digérer en toute facilité et du coup de se sentir nourri, performant et, finalement, intelligent !Si seulement ça pouvait durer ! J’ai beaucoup appris, me suis un peu ressouvenue, et ai découvert avec ravissement ces pentes enchantées au-dessus de la rue St Lazare. Quant à l’hôtel Dosne-Thiers, je ne le connaissais pas non plus et pense que c’était une chance que la Vie Roomatique soit fermé. Et quel beau choix de textes !" (Brigitte B., Arras)

* "Un grand merci pour le compte-rendu de notre promenade parisienne... Il nous a permis, pour notre plus grand plaisir, de nous replonger dans cette magnifique journée, culturelle et conviviale avec le privilège de la participation et la présence pendant toute la balade de Claude Collard. Réel bonheur. Inutile de te dire notre impatience pour Manosque ..." (Claudine et Albert C., Bondues)


Mistral et noroît, Domaine des 3 Chênes, 1 allée des Huileries, 62000 Arras

Suivre la vie du site RSS 2.0 | Plan du site | Envoyer un message | Espace privé | SPIP | squelette