français La Grande Guerre au nord d'Arras, dimanche 11 novembre 2012, dimanche 22 juin 2014 - Mistral et Noroît, promenades et conférences culturelles Mistral and Noroît, cultural tours and lectures
Mistral et Noroît, promenades et conférences culturelles

Mistral and Noroît, cultural tours and lectures


Accueil du site > Promenades culturelles au nord et au sud > Souvenirs de promenades d’hier > La Grande Guerre au nord d’Arras, dimanche 11 novembre 2012, dimanche 22 (...)

La Grande Guerre au nord d’Arras, dimanche 11 novembre 2012, dimanche 22 juin 2014

Arras et les communes au nord de la ville, partie très convoitée du riche bassin houiller, se trouvèrent dès octobre 1914 sur la ligne de front. 1915 fut une année de combats de tranchées terribles, de souffrances épouvantables, de Mont-Saint-Eloi à Ablain-Saint-Nazaire, de Lorette à Neuville-Saint-Vaast, tant pour les soldats des deux camps que pour les habitants. On saisit l’incroyable horreur de cette guerre en lisant Le Feu de Henri Barbusse, Les croix de bois de Roland Dorgelès, Un hiver à Souchez de Jean Galtier-Boissière ou Orages d’acier d’Ernst Jünger, entre autres. Vimy, crête fortifiée par les Allemands dès 1914, réputée imprenable, ne devait céder qu’en avril 1917, grâce à la minutieuse préparation des Canadiens sous le commandement du général Byng, et le front au nord d’Arras recula d’une dizaine de km au prix de 4000 morts par jour. Cette journée permettait de rappeler le souvenir des braves, venus de toutes les régions de France, d’Afrique, de Grande-Bretagne, du Canada, pour reprendre chèrement ce coin du Pas-de-Calais.

Nous étions un bon groupe de 35 personnes le 11 novembre 2012 pour cette promenade guidée par Catherine Dhérent et ponctuée de lectures de textes d’écrivains, de journaux intimes de soldats, de documents d’archives par Frédéric Folcher. La promenade du 22 juin 2014 était organisée pour l’association parisienne Avenir et patrimoine et était aussi guidée par Catherine Dhérent. Elle s’est faite en voitures individuelles et non en car mais le circuit était identique.

En voici le circuit

Matin

* Rappel du contexte historique au monument aux morts d’Arras, oeuvre de Félix Desruelles, inaugurée en 1931 par le maréchal Pétain.

Photo Christine Aubry

* Visite de la carrière Wellington, lieu de préparation de la bataille d’Arras par les Britanniques. Au même moment, les Canadiens reprenaient Vimy aux Allemands le lundi de Pâques, 9 avril 1917. Cette visite, très bien guidée par le personnel de la carrière, était un premier temps fort.

* Ecoivres. Se trouvait là à quelques centaines de mètres des tranchées, un camp de l’arrière avec hôpital de campagne. Le cimetière britannique qui compte aussi de nombreuses sépultures françaises contient essentiellement les corps des soldats morts de leurs blessures dans ces infirmeries. Y était brancardier en 1916 Ralph Vaughan Williams dont nous avons écouté le 4ème mouvement de la 3ème symphonie dite Pastorale, inspirée par l’expérience vécue ici. Nous nous sommes recueillis sur la tombe d’un des soldats, Charles Halphen, brillant mathématicien, mortellement blessé à Neuville-Saint-Vaast le 15 mai 1915.

* Mont-Saint-Eloi : tours de l’abbaye, point d’observation de 53 mètres de haut, cibles des bombardements allemands.

* Carency, site d’une importante forteresse allemande, considérée comme imprenable, la première reprise au cours de terribles combats du 9 au 12 mai 1915,

* puis Ablain-Saint-Nazaire, autre forteresse reprise à la suite. Nous nous sommes arrêtés pour méditer sur les ruines de l’église qui fut un chef-d’oeuvre du gothique flamboyant, dont les moignons témoigent de l’âpreté des combats. "Dieu est absent des champs de bataille. Il se tient peinard. C’est une honte !" (Blaise Cendrars)

Le déjeuner sur la colline de Lorette, qui domine à 165 m. d’altitude, à l’estaminet "L’abri des visiteurs", fut excellent, très apprécié.

Photo Christine Aubry

Après-midi

* Notre-Dame-de-Lorette. Nous avons visité la basilique, voulue par monseigneur Julien, évêque d’Arras à partir de 1917 qui souhaitait que la colline redevienne sacrée et commémore à jamais le sacrifice. "Peuples, soyez unis ! Hommes, soyez humains !" sont de ses phrases gravées sur la tour lanterne, ossuaire où reposent 6 000 soldats inconnus. Nous nous sommes arrêtés devant la tombe du général Ernest Barbot, dit le "Bayard de la Grande guerre", qui était né en 1855 à Toulouse et est tombé à Carency à la tête de ses Alpins et Chasseurs à pied le 10 mai 1915 lors de l’attaque où fut blessé le peintre Georges Braque.

Photo Martine Aubry

* Souchez dans le parc du Carieul, lecture d’un très beau texte du Feu de Barbusse où Poterloo veut revoir son village et sa maison et ne retrouve rien...

Photo Christine Aubry

* Vimy : tranchées, mémorial canadien qui domine l’ancien bassin minier et monument en hommage à la Division marocaine

Photo Martine Aubry

* Neuville-Saint-Vaast : visite du cimetière allemand à la nuit tombante accompagnés du chant "J’avais un camarade, de meilleur il n’en est pas" dont des vers sont gravés sur le monument en hommage au 146e RI.

Martine Aubry, la "vraie", nous a envoyé ce sympathique reportage photographique du 11 novembre 2012.

Pour avoir une idée du circuit et de certains points que nous avons visités, voir la page, Vimy et Lorette, jardins de recueillement

- Témoignages après les promenades

* "Venons de rentrer et restons sous l’impression de tout ce que nous avons pu découvrir en ce grand jour du 11 novembre, et aussi encore les textes choisis, si appropriés à ces moments d’atroces combats inimaginables et indescriptibles et pourtant évoqués dans des romans, des poésies, des dessins. Surtout soyez notre porte parole auprès de Frédéric Folcher..., il mérite également bien des éloges surtout pour ce côté poignant qu’il donne à sa lecture, bien dans le contexte du moment tragique ... Ce 11 novembre restera dans ma mémoire comme "une grande découverte" des hauts lieux de bataille, certains bien sûr nous connaissions, mais Ablain-Saint-Nazaire, jamais vu, ni Ecoivres. Merci encore Catherine à vous et à Frédéric pour cette journée d’exception." (Myriam M., Arras)

* "Encore toute émue ( face à cette hécatombe) de cette enrichissante journée sur la grande guerre 14-18, je te remercie vivement de cette belle journée." (Hedwige S., Lille)

* "Madame, Catherine Dhérent... a organisé une visite des champs de bataille de l’Artois et de la fameuse carrière souterraine d’Arras... Elle pilotait un groupe de 35 personnes dans le cadre de son activité de promenades littéraires. Avec lecture de textes d’écrivains... C’était passionnant et émouvant... Vous auriez apprécié... On vous fait signe la prochaine fois !" (Pierre K., Lille)

* "Un grand merci à partager avec Frédéric pour la très riche journée d’hier, pleine d’émotion." (Marie-Claude J., Dainville)

* "Tout était parfait même le crépuscule germanique sans feux follets" (Christine D., Wasquehal)

* "Une journée exceptionnelle. Deux guides exceptionnels." (Françoise et Claude B., Rouen)

* "Ce dimanche passé avec vous nous réjouit le coeur. D’abord parce que la journée dense et si bien organisée (mais cela je m’y attendais, vous connaissant) nous a appris beaucoup et nous a donné un regard concret sur cette horreur qui auparavant n’était que livresque." (Pascale et Philippe V., Paris)

* "Encore merci pour cette belle journée autour d’Arras. Je suis enchantée." (Evelyne C., Vincennes)

* "Je tenais à vous remercier encore pour l’étonnant parcours littéraire que vous nous avez fait vivre autour des lieux de commémoration de la Grande Guerre. Très émouvant circuit, extrêmement bien documenté. Une occasion de prendre du recul par rapport à notre quotidien si organisé, de mesurer la chance que nous avons d’appartenir à une des premières générations en Europe à n’avoir pas connu de conflit militaire. 70 ans de paix, c’est vraiment exceptionnel !" (Géry de P., Bruxelles)

* "Si nous nous réjouissions tous du programme que vous aviez proposé, ce que vous nous avez fait vivre allait au-delà de nos espérances. Grâce à ce que vous avez fait vivre et comprendre, les mémoires de certains et les découvertes des autres resteront gravées par votre admirable prestation historique mais plus encore sensible à cette tragédie humanitaire et partagée par cette multitude d’hommes dont vous avez évoqué quelques cas, illustrant tant de souffrance physique mais aussi morale. Je vous promets que nous allons tous garder un souvenir très marquant de la journée avec vous et que nous en parlerons à d’autres, dans nos rencontres" (Bernadette G., Paris)

* "Merci, pour ce dimanche mémorable en votre compagnie. Je suis avide de connaissance sur la guerre 14-18. J’ai été gâté surtout sur les écrivains. Merci pour l’organisation et votre compétence." (Albert B., Acq)


Mistral et noroît, Domaine des 3 Chênes, 1 allée des Huileries, 62000 Arras

Suivre la vie du site RSS 2.0 | Plan du site | Envoyer un message | Espace privé | SPIP | squelette