français Promenade symboliste à Bruges sur les pas de Georges Rodenbach, 30 septembre 2012 - Mistral et Noroît, promenades et conférences culturelles Mistral and Noroît, cultural tours and lectures
Mistral et Noroît, promenades et conférences culturelles

Mistral and Noroît, cultural tours and lectures


Accueil du site > Promenades culturelles au nord et au sud > Souvenirs de promenades d’hier > Promenade symboliste à Bruges sur les pas de Georges Rodenbach, 30 septembre (...)

Promenade symboliste à Bruges sur les pas de Georges Rodenbach, 30 septembre 2012

Après quelques jours de grisaille, ce dimanche était particulièrement ensoleillé, les arbres commençant à se teinter de roux. Un temps peu "rodenbachien" mais oh combien agréable pour flâner le long des canaux de Bruges.

Nous étions un bon groupe de 35 personnes, 5 d’entre elles venues de Paris et de la région parisienne. Le groupe s’est constitué à Arras puis à Lille avant de gagner Bruges.

Nous avons commencé notre déambulation poétique vers 10h15 et l’avons achevée à 18h.

Photo Martine Aubry

Après une première pause de silence dans l’enclos de la maison-Dieu de Meulenaere, nous avons abordé les quais, le Dijver, au n° 7, la maison de l’architecte et carillonneur Joris Borluut, puis le quai du Rosaire, la maison espagnole où Rodenbach fait vivre Hugues Viane et situe le drame de Bruges-la-Morte, ensuite le quai Vert où ont ressuscité les fantômes de Maurice Verhaeren et de Camille Mauclair.

Photo Philippe Bisbrouck

La maison où Fernand Khnopff a vécu enfant jouxte un antiquaire dont la vitrine était pleine de montres, nous rappelant le musée d’horloge de l’antiquaire Van Hulle, ami de Borluut.

En ce dimanche matin où sonnaient toutes les cloches de Bruges, nous avons trouvé comme Hugues Viane un instant de repos auprès de l’église de Jérusalem et sur le quai Sainte-Anne (maison du docteur Meyer, ami des écrivains), puis sur le quai du Miroir où nous avons parlé du thème du reflet, reflet des miroirs, des eaux, dans le symbolisme.

Sur la place Jean van Eyck, bordée d’immeubles témoignant du riche passé de Bruges et de son port, lecture d’un beau poème de Rodenbach, dont les premiers mots sont repris sur une plaque commémorative de 1948, puis passage sur la place du marché du Mercredi, en pensant à La ville abandonnée de Khnopff.

Nous arrivâmes devant le théâtre après être passé devant la maison du grand-père de Rodenbach, homme politique et médecin. Là, nous entrevîmes comme Hugues Viane, Jane Scott, dans la rue Flamande, pour découvrir que ce n’était qu’une actrice qui allait devenir la cause d’une très funeste liaison.

De légers nuages traversaient le ciel bleu, et certains eurent l’impression que c’était le beffroi qui partait en voyage. N’étions-nous pas dans une promenade symboliste ? Peut-être en était-il qui comme Joris Borluut rêvaient aussi d’aller au-dessus de la vie !

Et enfin nous découvrîmes la chapelle du Saint-Sang, reliquaire contenant un autre reliquaire, tout étant dans Bruges et chez Rodenbach, affaire de reliquaire... ou de châsse.

Pour répondre au questionnement de l’un des participants, notre collègue Cécile Coutin rappelle que châsse vient du latin capsa qui veut dire caisse. Il garde un certain temps la forme normande de casse (v.1150). Mais c’est ensuite le mot châsse qui prévaut pour désigner, dans son sens spécialisé, un "coffret richement travaillé renfermant une relique". On peut le rapprocher de l’ancien provençal cas (= caisson).

L’heure du repas avait sonné et nous déjeunâmes très agréablement à la Bierbrasserie Cambrinus, endroit que nous recommandons.

Nous passâmes devant l’hôtel du Grand Sablon où se tenaient les conférences du cercle littéraire l’Excelsior qui accueillit Rodenbach, Verhaeren, Barrès et le pauvre Mallarmé, victime de quolibets, puis découvrîmes les magnifiques églises de Saint-Sauveur et de Notre-Dame, si présentes dans l’oeuvre de Rodenbach dont les personnages en aiment l’atmosphère sépulchrale. L’hôtel de Gruuthuse rappela à ceux qui avaient visité l’exposition "Miniatures flamandes" à la Bibliothèque nationale de France en mai, les manuscrits du grand bibliophile Louis de Gruuthuse, dit Louis de Bruges, entrés ensuite dans la bibliothèque du roi Louis XII. Ce fut aussi l’évocation des profondes restaurations de Bruges dans les dernières décennies du XIXe siècle, dans lesquelles Rodenbach a soutenu son ami, l’architecte Louis Delacenserie, qui a sans doute inspiré le personnage de Joris Borluut.

Photo Philippe Bisbrouck

Nous nous arrêtames plus longuement à l’hôpital Saint-Jean pour admirer les oeuvres du peintre Hans Memling et en particulier la châsse de sainte Ursule, dont l’iconographie symbolise la pureté, la beauté, la douceur auxquelles aspirent Viane ou Borluut et qui rendent plus vives leur douleur d’être tombés dans le péché.

Nous nous rendîmes au Béguinage de la Vigne aussi guillerets que la vieille servante de Viane, Barbe, pour le découvrir dans une très belle lumière d’un jour d’automne finissant et retrouver ces charmants petits "couvents" encadrant une pelouse telle que celle de l’Agneau mystique de Van Eyck.

Photo Philippe Bisbrouck

Nous quittâmes à regret Bruges, sans avoir entendu une dernière fois le bourdon pour lui répondre en écho :

"... « Morte… morte… Bruges-la-Morte… » d’un air machinal, d’une voix détendue, essayant de s’accorder : « Morte… morte… Bruges-la-Morte… » avec la cadence des dernières cloches, lasses, lentes, petites vieilles exténuées qui avaient l’air –est-ce sur la ville, est-ce sur une tombe ? – d’effeuiller languissamment des fleurs de fer ! "

Voici un lien vers un album de photographies prises par Martine Aubry, de Lille, "la vraie" ! J’aime son regard décalé sur les choses. Quelques photos très sympathiques des participants, notamment à la Bierbrasserie.

Quelques témoignages après la promenade

- "Un grand merci pour cette excursion si bien organisée et enrichissante. Une découverte inattendue de Bruges que finalement je ne connaissais pas !" (Nicole C., Arras)

- " merci pour la visite , une redécouverte passionnante de Bruges" (Dominique G., Arras)

- " Je voudrais te remercier ainsi que Frédéric, pour cette magnifique journée à Bruges. J’étais vraiment ravie de la "densité" de la visite ainsi que de l’ambiance." (Marie-Claude J., Arras)

- "Bravo pour Bruges que tu as si bien su nous faire sentir à travers Rodenbach." (Pounette G., Lille)

- " Encore un grand merci pour cette passionnante journée à Bruges dans les pas de Rodenbach. J’ai aussi beaucoup apprécié le groupe, et l’atmosphère qu’il suscite." (Cécile C., Versailles)

- " Encore sous le charme flottant des eaux vertes de Bruges... Bravo pour l’organisation, le travail et la façon que vous avez de nous embarquer sur l’onde magnétique qui laisse trace... en compagnie d’un groupe bien sympathique où quelques-uns nous semblent déjà complices. Merci, même pour le beau temps et surtout pour votre bonne humeur à tous deux." (Jean-Jacques et Isabelle R., Paris)

- " Je profite de l’occasion pour vous féliciter pour la qualité de votre visite littéraire de Bruges-la-morte... J’ai trouvé votre introduction très bien construite et documentée, vos choix de textes et l’itinéraire parfaitement ajustés, le timing bien contrôlé (sauf peut-être le départ avant les cloches, quel dommage de ne pas nous avoir laissé 5 mn de plus...). C’était très très bien, et aussi très sympathique, vous avez apporté énormément de chaleur à tout le monde, vous êtes montrée très disponible, très attentive, remarquable." (Séverine Gillet, Rueil-Malmaison, organisatrice de voyages littéraires à l’étranger, voir site Le voyage littéraire )

- "Nous avons été enchantés de notre journée,dans une ambiance très simple et très sympathique ; on écouterait Frédéric pendant des heures..." (Cécile et Oivier R., Lille)

- "Bruges m’est apparue bien différente, et bien plus passionnante, de la Bruges "touristique" que je connaissais." (Gisèle D., Neuville-Saint-Vaast)


Mistral et noroît, Domaine des 3 Chênes, 1 allée des Huileries, 62000 Arras - SIRET : 75109826000019 - APE : 9329Z

Art. 293B du Code général des impôts, TVA non applicable

Suivre la vie du site RSS 2.0 | Plan du site | Envoyer un message | Espace privé | SPIP | squelette