français Georges Bernanos dans le Haut-Pays d'Artois, 25 mars et 15 avril 2012 - Mistral et Noroît, promenades et conférences culturelles Mistral and Noroît, cultural tours and lectures
Mistral et Noroît, promenades et conférences culturelles

Mistral and Noroît, cultural tours and lectures


Accueil du site > Promenades culturelles au nord et au sud > Souvenirs de promenades d’hier > Georges Bernanos dans le Haut-Pays d’Artois, 25 mars et 15 avril (...)

Georges Bernanos dans le Haut-Pays d’Artois, 25 mars et 15 avril 2012

Actualité : Voir l’article paru dans la Voix du Nord (Montreuil) du 30 mars 2012

Cette promenade nous a menés sur les lieux qu’un des plus grands écrivains du XXe siècle, Georges Bernanos, a particulièrement aimés et qu’il a transfigurés dans ses écrits. C’est entre Aire-sur-la-Lys et Hesdin dans les vallées très rurales de la Canche, de la Créquoise et de la Planquette que, petit parisien, Bernanos vécut des vacances merveilleuses et des années de collège, puis, qu’il rédigea en partie Sous le Soleil de Satan. Les paysages, les femmes et les hommes de ce pays dont ses prêtres, sont restés à jamais gravés dans sa mémoire. Quatre de ses romans (Journal d’un curé de campagne, Sous le soleil de Satan, La nouvelle histoire de Mouchette, Monsieur Ouine), sont directement inspirés par ce coin du Haut-Pays d’Artois dans le Pas-de-Calais, qui a conservé le caractère pittoresque qu’il avait il y a un siècle. Les thèmes de la route, de la maison, de l’enfance, de l’engagement politique, de la Première Guerre mondiale, de la prière, de la spiritualité, du mal,... ont été les fils conducteurs de cette rencontre.

Droits : Photographie de L'Abeille de la Ternoise Droits : photo de L’Abeille de la Ternoise

Pour retrouver le circuit de la promenade, voir la page qui lui est consacrée.

Après une présentation dans le car de la biographie, de l’oeuvre de Bernanos et de la place de l’Artois, terre du paradis perdu de l’enfance, nous avons été accueillis à l’institution Sainte-Marie d’Aire-sur-la-Lys par M. Tillie, son directeur qui a aimablement remis à chacun une brochure sur les années de collège de Georges Bernanos. Nous avons traité des thèmes de la prière devant la collégiale Saint-Pierre, de la foi, de la charité et de l’espérance devant le bailliage du XVIIe siècle sur lequel sont sculptées les trois vertus théologales.

A Fruges, nous avons présenté la maison du Dr Gamblin, le médecin de famille des Bernanos, proche d’un café qui était estaminet au début du XXe siècle et y avons traité le thème du médecin, de la maladie, de la mort, de l’alcoolisme et de l’estaminet.

En face, se trouvait la maison de briques et pierres blanches de M. André Quandalle, vétérinaire, qui l’avait achetée vers 1932-1933 aux Arquembourg, tanneurs. Cette belle maison spacieuse fut siège de la Kommandantur en 1940. Plusieurs scènes du film de Robert Bresson, Journal d’un curé de campagne furent tournées à Fruges et au château d’Equirre. Une scène courte fut tournée dans la maison de M. Quandalle, celle qui se situe chez le médecin lillois, que joue le propriétaire des lieux.

A l’estaminet ou chez soi, on prenait la "bistouille tricolore" dont Pierre Quandalle, son fils, nous a livré la "recette" pendant la promenade :

"Remplissez une tasse de café (il était médiocre), vous en buvez la moitié, vous la remplissez de fine ou eau de vie, vous en buvez la moitié encore et vous complétez avec du genièvre ou schiedam, vous répétez avec du rhum ou du calvados ou encore avec de l’ alcool de cidre distillé localement, travail du bouilleur de crû utilisant parfois un alambic itinérant." Ce cocktail d’ alcool chaud était toxique et explique le taux élevé de cancer de l’ oesophage constaté dans cette région.

Le repas fut pris au Ch’ti del’Lys à Matringhem avec des plats du terroir. L’hôtesse nous avait préparé une surprise : chacun avait dans l’assiette de mise en bouche une phrase de Bernanos qu’il a lue à tous.

Photographie Juan Asensio Photographie Juan Asensio

Retrouvez les magnifiques photos que le critique littéraire Juan Asensio a prises durant cette journée en cliquant ici.

A Créquy, devant le monument aux morts si naïf, ce fut l’évocation de la Première Guerre et de la colère de Bernanos devant les positions bourgeoises de l’arrière et l’idéologie médiocre proposée aux poilus rescapés, puis devant la tombe de l’abbé Liégeois, l’évocation des prêtres dans la vie de Bernanos et dans son oeuvre.

A Sains-les-Fressin, on évoqua l’engagement politique de Bernanos en rappelant qu’il venait ici jouer de l’épée et tirer du pistolet contre les fidèles de l’abbé Jouy au moment de la séparation de l’Eglise et de l’Etat, abbé qui rentra en 1911 dans la vie civile et devint... maquignon.

Voir le récit de Henri Tilliette, ami de Bernanos à 20 ans et qui fit avec lui quelques virées dans ce pays d’Artois et à Sains.

Photographie Annie Talleux Photographie Annie Talleux

Après un passage à la source de Mouchette, nous découvrîmes le village de Fressin du haut de la colline, tel que le voit le curé de campagne, si petit, ce village, qu’il tient dans le creux de la main.

Droits : Photographie de La Voix du Nord Photographie La Voix du Nord

Fressin était bien sûr le point d’orgue et nous fûmes accompagnés dans notre visite par Mme de Rincquesen, propriétaire de la maison qui fut celle de Bernanos et par M. Lefebvre, vice-président de l’association du château-fort. Dans l’église, d’une remarquable architecture du XVe siècle et sur les fonts baptismaux de laquelle deux enfants de Georges Bernanos furent baptisés, nous traitâmes des thèmes du curé d’Ars, source de l’abbé Donissan, de Jeanne d’Arc, du mal, du confessionnal. A la maison, bien sûr de celui de la maison dans l’oeuvre, avec sa cuisine, son jardin, son petit pigeonnier. En passant devant les chenils du baron Seillière auquel les Bernanos avaient acheté la maison de Fressin en 1896, ce fut le thème de la chasse et du braconnage puis dans la première enceinte du château-fort, le thème des notables, aristocrates et bourgeois.

Sur Fressin et sur son château, voyez le site du village. Le château mériterait une visite archéologique plus longue que celle que nous pouvions faire, d’environ une heure.

Enfin nous nous arrêtâmes une dernière fois à Hesdin où Georges venait souvent jouer au billard et revîmes les vertus théologales qui lui étaient chères sur la bretèche de l’hôtel de ville.

Une journée plus que remplie !

Article paru dans l'Abeille de la Ternoise, 5 avril 2012, p. 56 Article paru dans l’Abeille de la Ternoise, 5 avril 2012, p. 56

Voici quelques témoignages :

"Merci Catherine et Frédéric de cette excellente journée. Vous avez rendu jusqu’à la fin cette histoire passionnante.Quel talent !" (Nicolle et André D., Roellecourt)

"Que vous dire ? Une telle journée de culture littéraire est exceptionnelle, que de travail pour la préparer !!! Bravo à vous deux les passionnés, soyez notre porte-parole auprès de Frédéric Folcher pour sa prestation également... Vous avez su autour de vous, rassembler un nombre d’amis et de connaissances proches, des plus qu’intéressés, car quand vous nous expliquiez c’était le silence. Une excellente journée mais dense, dense nous étions un peu fatigués le soir car nous avons été très attentifs toute la journée comme des élèves exemplaires... Merci encore pour cette super journée." (Myriam M., Arras)

Photo Annie Talleux Photographie Annie Talleux

"Michel se joint à moi pour vous remercier de ce beau voyage dans notre Artois - et toutes ces lectures sur la vie de Georges BERNANOS. Nous avons passé une excellente journée enrichissante par tous les récits et toutes les explications. Nous sommes rentrés ressourcés et heureux." (Marie et Michel M., La Comté)

"Un petit mot pour te remercier de l’excellente journée passée hier. Encore bravo pour ta présentation. Ensemble sympathique, très bonne ambiance à table." (Eugène B., Melun)

"Un grand merci pour cette journée très intéressante et instructive dans une ambiance sympathique. Vous avez su éveiller notre curiosité et le besoin de relire Bernanos que nous avions négligé en raison de ses options philosophiques." (Huguette et Michel V., Agnez-les-Duisans)

"C’était génial !" (Bénédicte et Pierre K., Lille)

"Une superbe découverte de Bernanos, de la région et ...et de la conférencière hors pair !" (Françoise et Claude B., Rouen)

"Encore une fois mille mercis pour cette belle journée" (Colette et Alain N., Dainville)

"Merci pour cette excellente journée de découvertes régionales et littéraires. Tous nos compliments pour l’organisation et la qualité des commentaires et lectures. Nous avons apprécié également l’ambiance détendue, composée de sympathiques curieux. J’ai beaucoup aimé l’évocation de Mouchette. et à cet effet, une réflexion m’est venue. Des mouchettes sont des ciseaux pour moucher des chandelles, qui pourraient symboliser la foi (celle de Bernanos), mais inconnue pour cette jeune fille, qui par son suicide permet à la bougie de se rallumer." (Chantal B., Agny)

"Nous avons passé une excellente journée avec cette promenade dans le haut pays d’Artois et Bernanos pour fil conducteur. Mais ,c’est surtout grâce à vous,votre gentillesse, votre complémentarité, votre érudition qui nous fait regarder autrement notre belle région et comprendre l’oeuvre." (Annie et Jean-Pierre T., Gouves)

"Je voulais encore vous remercier pour la qualité de cette journée... Merci, donc, à nos hôtes de ce Nord qu’il me faut découvrir de toute urgence !" (Juan A., Paris)

"...Partage de votre travail considérable et votre plaisir aussi considérable, avec Frédéric, à nous faire itinérer dans les "souliers" de Georges Bernanos. J’ajouterai que la compagnie des convives au restaurant fut bien agréable et sympathique.." (Jean-Jacques R., Paris)


Mistral et noroît, Domaine des 3 Chênes, 1 allée des Huileries, 62000 Arras - SIRET : 75109826000019 - APE : 9329Z

Art. 293B du Code général des impôts, TVA non applicable

Suivre la vie du site RSS 2.0 | Plan du site | Envoyer un message | Espace privé | SPIP | squelette