français Cracovie sur les pas de Joseph Conrad - Mistral et Noroît, promenades et conférences culturelles Mistral and Noroît, cultural tours and lectures
Mistral et Noroît, promenades et conférences culturelles

Mistral and Noroît, cultural tours and lectures


Accueil du site > Promenades culturelles au nord et au sud > Quelques promenades en d’autres lieux > Cracovie sur les pas de Joseph Conrad

Cracovie sur les pas de Joseph Conrad

Cracovie est une des plus belles villes d’Europe et l’atmosphère y est redevenue d’une grande sérénité. Prenons ce prétexte d’y prendre quelques jours de repos pour y suivre Joseph Conrad, pseudonyme de Józef Konrad Korzeniowski, un des plus grands écrivains du début du XXème siècle.

Pour découvrir la vie intime de Conrad, il vaut certes mieux visiter les lieux où il a vécu en Angleterre, comme la maison d’Oswalds dans le Kent où il est mort en 1924. Il a aussi choisi d’écrire en anglais, cette langue par lui apprise et maîtrisée à merveille. Il lui est, semble-t-il donc, resté peu de choses de ses origines polonaises, sauf un lien fort avec son oncle maternel Tadeusz Bobrowski qui vivait à Cracovie. Bobrowski resta toujours le mentor et le soutien financier de Joseph Conrad, jusqu’à sa mort en 1894, et cela malgré l’éloignement. Conrad avait une grande dévotion envers son oncle. Il lui a dédié son premier roman, La Folie Almayer.

La Pologne est quasiment absente de l’œuvre de Conrad, surtout connue pour ses "romans de mer". On pourrait s’attendre dans Retour en Pologne à une réminiscence des années d’enfance. C’est le récit d’un voyage, avec femme et enfants, durant l’été 1914, à travers l’Europe, à destination de Cracovie. Le titre original est The Shock of War. Trough Germany to Cracow. Mais ce texte est avant tout une reconnaissance de Conrad envers son pays d’adoption, l’Angleterre. A peine y trouve-t-on quelques paragraphes sur son enfance à Cracovie.

Cracovie, l'église Sainte-Marie vue de la halle aux draps

Dans Souvenirs personnels, il en est de même : Conrad y retrace aussi sobrement les années à Cracovie, surtout pour évoquer la figure paternelle, Apollo, noble polonais qui paiera sa résistance au pouvoir russe de l’exil. Apollo, veuf, de retour d’exil, installé à Cracovie, y meurt en 1869, et on assiste à son cortège funèbre passant au milieu d’ouvriers et d’étudiants, devant l’église Sainte-Marie, par la rue Florianska et la porte Florian.

Cracovie, porte Florian

Malgré tout, les Polonais sont fiers du grand écrivain, ne lui en veulent pas d’avoir préféré les voyages lointains et l’Angleterre. Cela est à prendre en considération dans nos pérégrinations.

Ainsi sur l’aile latérale de la mairie du côté de la rue Poselska, ’une plaque commémorative signale : « Dans la maison qui se trouvait à cet endroit a vécu pendant ses années de jeunesse, vers 1869, Józef Konrad Korzeniowski - Joseph Conrad, fils d’un poète errant. Il a introduit l’âme polonaise dans l’écriture anglaise, dont il est devenu un fleuron ». En dessous, figure une courte citation des Notes on Life and Letters de Conrad en langue anglaise, concernant sa jeunesse à Cracovie : « It was in that old royal and academical city that I ceased to be a child, became a boy, had known the friendships, the admirations, the thoughts and the indignations of that age ». (« C’est dans cette vieille ville royale et universitaire que j’ai cessé d’être un enfant, que je suis devenu un adolescent et que j’ai connu l’amitié, les admirations, les idées et les indignations propres à cet âge »).

Le succès spectaculaire de Conrad a aussi inspiré les organisateurs du plus grand événement littéraire de Cracovie aujourd’hui – le festival annuel Joseph Conrad – auquel participent les plus grandes vedettes littéraires du monde.

Deux manuscrits du père de Conrad sont conservés à la bibliothèque de l’université jagellonne et quelques lettres sont conservées dans une autre université de Cracovie.

A Cracovie, outre Conrad, on pense aussi à d’autres grands artistes, comme Roman Polanski, qui, enfant, vécut dans le ghetto de Cracovie et dont la mère périt à Auschwitz. Il a dépeint ses propres expériences dans le superbe film Le Pianiste dont le drame se joue dans le ghetto de Varsovie. Le ghetto de Cracovie était dans le quartier de Podgorze. On peut voir quelques restes de son mur.

Entrée du camp d'Auschwitz

Quelques liens utiles :

* une très bonne page sur Joseph Conrad et son texte Retour en Pologne.

*une page en anglais où les liens de Conrad avec la Pologne sont explicités.

Répondre à cet article


Mistral et noroît, Domaine des 3 Chênes, 1 allée des Huileries, 62000 Arras

Suivre la vie du site RSS 2.0 | Plan du site | Envoyer un message | Espace privé | SPIP | squelette