français Maurice Carême, poète belge - Mistral et Noroît, promenades et conférences culturelles Mistral and Noroît, cultural tours and lectures
Mistral et Noroît, promenades et conférences culturelles

Mistral and Noroît, cultural tours and lectures


Accueil du site > Promenades culturelles au nord et au sud > Promenades au nord > Maurice Carême, poète belge

Maurice Carême, poète belge

Maurice Carême est un poète belge de langue française très connu en France. Nombre d’écoliers ont appris ses poésies. Il a chanté toute sa vie dans une langue pure et simple, les beautés de la vie et de la nature, restant très proche de ce qu’il avait connu dans son enfance. Il est devenu célèbre grâce au recueil Mère, écrit en 1935 en hommage à celle qui lui a donné la vie.

Maurice Carême est né à Wavre, rue des Fontaines, en 1899, dans une famille modeste ; il y a passé son enfance et son adolescence. Il a été enterré dans le cimetière communal en 1978.

Il entre à l’école normale primaire d’instituteurs de Tirlemont en 1914. Il a alors déjà écrit ses premiers vers pour une camarade dont il était amoureux. Il découvre pendant sa formation les poètes français du début du XXe siècle et les grands poètes flamands. Francophone, il n’en sera pas moins un bon connaisseur de la langue flamande dont il traduira plusieurs textes littéraires.

Son premier poste d’instituteur est à Anderlecht dans la banlieue de Bruxelles en 1918. Il y vivra le reste de sa vie. Il épouse en 1924 une institutrice. Il abandonne l’enseignement en 1943 pour se consacrer à l’écriture. Il se lie la même année avec une jeune fille, Jeannine Burny qui devient sa secrétaire et pour qui il écrira La Bien-aimée.

En 1930 il découvre la poésie écrite par des enfants, ce qui le conduit désormais à rechercher la plus grande simplicité dans ses propres œuvres. Il écrivait au cours de promenade au crayon de bois sur des feuilles qu’il découpait, puis recopiait sur des cahiers le soir. Il retravaillait beaucoup ses textes pour arriver à la plus grande pureté et en jetait énormément.

Il fait construire à Anderlecht en 1933 une maison dans le style ancien, peinte en blanc et aux volets verts, comme celles qu’on voyait dans la campagne. Elle est entourée d’un petit jardin, plein de fleurs et d’oiseaux.

La petite maison blanche de Maurice Carême

Cette maison est devenue le siège d’une fondation que Maurice Carême a créée pour conserver son œuvre et qu’il a laissée aux bons soins de Jeannine Burny. Il est particulièrement intéressant de découvrir cette maison avec l’histoire de chacun de ses meubles et de ses bibelots avec Mme Burny. 38 ans après la mort de Maurice Carême, son amour n’a pas diminué et cette vieille dame vous déclamera avec toujours beaucoup de flamme des poèmes en vous faisant visiter les lieux.

La maison est remplie d’œuvres de peintres et de sculpteurs amis. De nombreux artistes ont admiré la poésie de Maurice Carême, y compris des musiciens comme Darius Milhaud qui mirent en musique son œuvre.

A partir de 1954, il fait 17 séjours à l’abbaye d’Orval. C’est une période d’intense activité créatrice.

Ses principaux lieux d’inspiration sont la campagne des environs de Wavre mais aussi la mer du Nord : à Coxyde, dans l’appartement du peintre Henri-Victor Wolvens, et à Heyst.

Liens utiles

- Retrouvez l’abbaye d’Orval dans un autre contexte, celui des forges, lors d’une de nos autres promenades sur les pas des maîtres du feu.


Mistral et noroît, Domaine des 3 Chênes, 1 allée des Huileries, 62000 Arras - SIRET : 75109826000019 - APE : 9329Z

Art. 293B du Code général des impôts, TVA non applicable

Suivre la vie du site RSS 2.0 | Plan du site | Envoyer un message | Espace privé | SPIP | squelette