français Dans les polders, à Damme, au pays de Thyl l'Espiègle - Mistral et Noroît, promenades et conférences culturelles Mistral and Noroît, cultural tours and lectures
Mistral et Noroît, promenades et conférences culturelles

Mistral and Noroît, cultural tours and lectures


Accueil du site > Promenades culturelles au nord et au sud > Promenades au nord > Dans les polders, à Damme, au pays de Thyl l’Espiègle

Dans les polders, à Damme, au pays de Thyl l’Espiègle

L’écrivain belge Charles de Coster, anarchiste, libre-penseur et franc-maçon, reprit en 1867 la vieille légende allemande de Thyl Ulenspiegel et fit naître celui-ci à Damme au nord-est de Bruges. Il en fit le défenseur des petites gens et des réformés sous le règne d’un Charles Quint impitoyable défenseur de la pureté de la religion catholique. On peut suivre Thyl dans une grande partie de la Belgique de Damme à Liège, et ailleurs en Europe au fil de ses longues pérégrinations après qu’il fut banni de sa ville natale. Mais une journée à Damme nous plonge dans l’histoire médiévale d’un site plein de charme où on relira avec plaisir, au bord de l’eau ou sur une placette, des pages de ce roman dont on peut trouver une réédition en français à l’office de tourisme

Voici notre proposition de circuit dans Damme. On peut arriver ici par le canal de Bruges à Damme en embarquant au quai des Norvégiens. Le voyage dure 30 mn, agréable découverte du polder sur un bateau.

Les quais

On a peine à croire qu’ici était le grand port avancé de Bruges au XIIIe siècle. Plus de 1700 bateaux de guerre ou de commerce pouvaient s’y trouver à quai. C’était grâce à la transgression de la mer qui forma le grand estuaire du Zwin dont la pointe la plus étroite était à Damme. Le pont desservait alors les deux côtés de Damme qui était une vraie ville enrichie par cette étape de déchargement et de commerce de quantités de denrées venant du monde entier. On y côtoyait Flamands, Français, Allemands, Espagnols, Italiens... Les denrées étaient transbordées sur de petits bateaux qui gagnaient les halles et marchés de Bruges par le canal.

Après l’envasement du Zwin, Damme fut remplacé par d’autres avant-ports de Bruges, reliés à la grande cité par de nouveaux canaux : Sluis (aux Pays-Bas aujourd’hui), enfin le grand port actuel de Zeebrugge qui a considérablement transformé une partie du paysage de polders.

La grand-place

On y voit notamment l’hôtel de ville ou Stadhuis, les maisons Huyse de Grote Sterre dont on admire pour l’heure la façade et où on peut prendre un plan à l’office de tourisme mais où nous reviendrons ensuite et la statue de Jacob van Maerlant, poète flamand du XIIIe siècle qui a écrit une grande partie de son oeuvre à Damme au temps de la splendeur de cette ville.

Dans la rue Jacob van Maerlantstraat on voit d’autres très belles demeures du XVe siècle et en particulier la Huis St Jean d’Angély où Charles le Téméraire et Marguerite d’York se sont mariés en juillet 1468 avant les somptueuses cérémonies organisées dans Bruges.

En tournant à droite, on arrive sur la charmante placette Haringmarkt, le marché aux harengs, commerce très fructueux au Moyen-âge. Au fond de la place, on découvre la pâture qui a été créée sur les anciens remparts du XVIIe siècle dont on voit très bien une des casemates.

On revient dans la Kerkstraat où se trouve le grand hôpital Saint-Jean, fondé au XIIIe siècle, dont les façades sont du XVIIe siècle, aujourd’hui désaffecté et qu’il n’est plus possible de visiter.

Au coin à droite, au fond d’une ruelle, on découvre l’église Notre-Dame, impressionnante par les dimensions de son choeur à trois vaisseaux de même hauteur (bel exemple de hallekerque gothique), mais aussi par la ruine de la nef entre ce choeur et le très haut clocher plat de briques d’où on jouit d’une vue exceptionnelle sur le polder. Il est possible de monter en haut de ce clocher à partir du mois de mai. Au rez-de-chaussée de la tour, on voit la pierre tombale de Jacob van Maerlant, que Charles de Coster a imaginée être celle de Thyl, d’où la légende qui fait naître et vivre Thyl à Damme.

Dans le petit jardin qui précède l’église, on verra le monument de Thyl Ulenspiegel, allant toujours d’un pas pressé vers de nouvelles aventures, bas-relief de Koos van der Kaaij.

Derrière l’église sur la route principale, on peut voir des restes des fortifications du XVIIe siècle et de casemates.

On retournera à l’entrée de la ville vers Bruges pour les sculptures de Jef Claerhout, monument inauguré en 1979 à l’occasion du 100e anniversaire du décès de Charles De Coster : Thyl et ses miroirs, des chouettes, des grenouilles, des pélicans, et un âne !

Il sera temps d’une pause déjeuner et le choix de restaurants est très large à Damme. On a que l’embarras du choix.

L’après-midi on peut faire une petite marche de l’autre côté du canal, dans la partie de la ville aujourd’hui devenue pâtures. Un sentier permet de comprendre la structure des fortifications du XVIIe siècle et des panneaux montrent les découvertes archéologiques, la flore et la faune qui se sont installées à cet endroit.

Enfin, il faut visiter le musée Thyl Ulenspiegel dans la Maison de Grote Sterre. On vous remettra un livret explicatif en français mais il n’est pas si évident de plonger dans le monde assez ésotérique de Thyl si on ne connaît pas un peu les mouvements religieux, philosophiques et artistiques des XVe et XVIe siècles. L’histoire de la légende de Thyl de ses origines à la récupération par les communistes ou les nazis est passionnante dès lors qu’on prend un peu de temps pour s’y plonger. Il faut consacrer une bonne heure à cette visite. Le fait que tous les panneaux sont en langue flamande ne facilite pas le cheminement.

* Liens et renseignements utiles

- Les restaurants, estaminets, eetcafé, brasseries... sont très nombreux dans cette petite ville. Nous conseillons l’estaminet Soetkin, prénom de la mère de Thyl, où la carbonade est excellente et qui donne sur le canal. Nous apprécions aussi la cuisine généreuse de De Spiegel dans un cadre ancien sympathique sur la Grand Place. Profitez des crustacés et des solettes de Zeebrugge à la meunière.

- pour le goûter, on ne résiste pas à la tentation de se précipiter chez Tante Marie où avec un café ou un thé, on vous sert aussi une délicieuse mousse au chocolat et un sablé et où on peut déguster divers jus de fruits pressés pour vous. Ce lieu chaleureux est très fréquenté.

- les amateurs de céramique pourront découvrir la production de grande qualité de Terra Flamma et revenir avec un chapeau de Thyl, une chouette, ou un très beau plat aux vives couleurs vernissées.

- pour se loger, nous recommandons, l’auberge de charme, Ter Polders, au bord du canal, à 3 km de Damme. Le tarif est raisonnable pour cette qualité de prestations. Les patrons et leur personnel sont très accueillants et aux petits soins pour leurs hôtes. Le petit déjeuner est parfait.

Répondre à cet article


Mistral et noroît, Domaine des 3 Chênes, 1 allée des Huileries, 62000 Arras - SIRET : 75109826000019 - APE : 9329Z

Art. 293B du Code général des impôts, TVA non applicable

Suivre la vie du site RSS 2.0 | Plan du site | Envoyer un message | Espace privé | SPIP | squelette