français La peste et les lazarets de Marseille - Mistral et Noroît, promenades et conférences culturelles Mistral and Noroît, cultural tours and lectures
Mistral et Noroît, promenades et conférences culturelles

Mistral and Noroît, cultural tours and lectures


Accueil du site > Promenades culturelles au nord et au sud > Promenades au sud > La peste et les lazarets de Marseille

La peste et les lazarets de Marseille

Belle promenade d’une journée avec une sortie en mer réservée à de bons marcheurs (environ 8,5 km dont 3,5 en ville). Il n’y pas de moyens de transport motorisé pour la randonnée sur les îles du Frioul. Elle permet de découvrir les lieux les plus emblématiques des grandes épidémies qui ravageaient périodiquement Marseille, port ouvert sur le Levant, et particulièrement la peste de 1720 qui a marqué le monde occidental par sa violence.

Départ de l’Hôtel-de-ville de Marseille sur le Vieux-Port.


Afficher La peste et les lazarets de Marseille sur une carte plus grande

Intendance sanitaire construite sur les plans de Mazin en 1719.

Statue de Thomas Roze, célèbre pour son dévouement et son idée d’enfouir les morts dans deux bastions proches du fort Saint-Jean et de l’ Esplanade de la Tourette, quartier le plus touché en 1720, encombré de milliers de cadavres.

La Major. statue de Mgr de Belsunce, évêque de Marseille, qui a consacré la ville de Marseille au Sacré-Coeur en novembre 1720 et est l’initiateur du voeu renouvelé chaque année par les magistrats municipaux. Sa dépouille repose dans la crypte de la cathédrale à proximité de la Vieille Major où il exerçait son épiscopat et de l’hôtel de l’évêché où il résidait (devenu hôtel de police).

La Major

De l’esplanade derrière la Major, on domine le quartier de la Joliette, site du grand lazaret d’Arenc jusqu’en 1845.

La Vieille-Charité, qui accueillit les malades à la fin de la peste de 1720.

La place de Lenche, au coeur du vieux quartier, un des lieux de pestilence et de scènes d’horreur pendant les épidémies.

L’église des Accoules en haut du clocher de laquelle Mgr de Belsunce organisa plusieurs célébrations en 1720.

Départ pour les îles du Frioul. Pique-nique sur la plage Sainte-Estève.

Le lazaret Caroline construit par Penchaud en 1828.

JPG - 1.1 Mo
Ile du Frioul, lazaret Caroline

Port-Frioul siège d’un port de quarantaine à partir de 1822 lors de la recrudescence de maladies, comme la fièvre jaune. Les îles de Ratonneau et Pomègues furent réunies à cette époque par la digue Berry pour former le port.

Port de quarantaine de Pomègues avec sa capitainerie, installé dès 1627.

Retour en bateau vers Marseille.

PDF - 572.9 ko
Plaquette de la promenade faite à Marseille les 8 et 9 octobre 2011

Prévoir de bonnes chaussures de marche et de la crème solaire. Il fait en général très chaud et du vent sur les îles et il n’y a pas d’arbres pour s’abriter.

Ceux qui disposent de plus d’une journée pourront compléter cette promenade avec :

- La colonne commémorant le souvenir des personnes qui se sont dévouées pendant la peste de 1720 dans le jardin de l’ancienne bibliothèque, rue des Rois-Mages.

- La basilique du Sacré-Coeur sur le Prado, avec deux vitraux évoquant la peste de 1720 et un très beau tableau ex-voto de 1721 qui se trouvait dans l’église de la Visitation.

- Le musée de la Marine dans la Chambre de commerce sur la Canebière, avec des tableaux et des plans sur lesquels on voit le grand lazaret, les îles du Frioul...

- D’autres musées (Beaux-Arts, historique, du Vieux-Marseille...) contiennent des tableaux très intéressants dont ceux de Michel Serre ou des instruments de médecins... Ils sont maheureusement tous fermés actuellement, probablement jusqu’en 2013.

* Liens utiles
- Pour une expérience de solitude, de retraite et de travail de restauration du lazaret Caroline sur les îles du Frioul au cours d’un week-end, consultez le site de l’Association Michel-Robert Penchaud

- L’ancre du Grand-Saint-Antoine qui apporta la peste en 1720 et qui fut coulé près de l’île de la Jarre a été remontée le 14 septembre 2012 pour être exposée près du musée d’histoire de Marseille : dépêche AFP

- Vous trouverez de très nombreux ouvrages sur la peste à Marseille en ligne gratuitement sur le site Gallica, bibliothèque numérique de la Bibliothèque nationale de France, par exemple cet ouvrage de 1911 contenant les transcriptions de très nombreuses archives sur la peste de 1720 :

- Plongez-vous dans le roman de Patrick Deville, Peste et Choléra (éd. du Seuil, août 2012), sur les aventures d’Alexandre Yersin, disciple de Pasteur, inventeur du bacille de la peste à Hong-Kong en 1894, ce qui changea complètement la pratique sanitaire et entraîna la disparition du système de patentes, de quarantaine et les lazarets.

- Pour compléter vos lectures, lisez aussi les pages qu’un séjour au lazaret d’Arenc à Marseille a inspirées à Alphonse de Lamartine en 1850, au retour d’un voyage en Orient.


Mistral et noroît, Domaine des 3 Chênes, 1 allée des Huileries, 62000 Arras - SIRET : 75109826000019 - APE : 9329Z

Art. 293B du Code général des impôts, TVA non applicable

Suivre la vie du site RSS 2.0 | Plan du site | Envoyer un message | Espace privé | SPIP | squelette